Le rachat de crédit : la solution universelle contre le surendettement ?

Si cette technique bancaire privée s’est imposée en France depuis une vingtaine d’années comme la solution à un certain nombre de problématiques financières au premier rang desquelles le malendettement, c’est qu’elle présente des avantages et donne satisfaction à ceux qui y ont recours. Il est d’ailleurs à noter que le rachat de credit n’a pas donner lieu à une seule procédure judiciaire.

Cette solution financière qui permet de corriger et de gérer son endettement est couramment employée depuis longtemps dans d’autres pays, notamment anglo-saxons. En France, le rachat de crédit n’est généralement critiqué par ceux qui le connaissent mal et qui ont des certitudes à son sujet comme on peut avoir au leur !

Quoi qu’il en soit, le regroupement de crédits pas un acte anodin et encore moins une panacée.

1- Les avantages patents du rachat de credit

1° Gérer son pour éviter le surendettement

Une forte réduction du taux d’effort, c’est-à-dire de la somme consacrée au remboursement des crédits chaque mois.

Ainsi, en rééquilibrant durablement le budget du ménage, le rachat de crédit permet notamment :

  • De récupérer un pouvoir d’achat souvent confisqué par ce remboursement et qui nuit gravement à la qualité de vie et même quelques fois à l’essentiel.
  • D’éviter les frais bancaires et d’impayés, les pénalités et majorations de retard, les rejets de prélèvements et/ou de chèques.
  • Les fichages Banque de France.
  • Les tracasseries et les coûts élevés des procédures de recouvrement amiable et judiciaires.
  • Les ATD, les saisies et, dans certains cas, la vente à la bougie et à vil prix d’un bien immobilier

Le rachat de credits est donc, à juste titre considéré comme une bonne solution corrective en présence d’un endettement devenu excessif ou inadapté, que ce soit en raison d’un accident de la vie ou d’autres causes, et même un excellent moyen de prévention du surendettement pour les emprunteurs solvables.

2° Maintenir l’équilibre de son budget

Le rachat de crédits peut être utilisé pour réaliser un projet , c’est-à-dire en jouir tout de suite, sans pour autant devoir se serrer la ceinture à cause d’un budget déséquilibré.

Par exemple : Vous avez acheté votre maison grâce à un crédit immobilier sur 20 ans et aujourd’hui vous en êtes presqu’aux deux-tiers. La mensualité de ce prêt plus celle de votre crédit voiture absorbent le tiers de vos revenus mensuels et vous estimez que c’est la limite à ne pas dépasser pour vivre correctement. Cependant, vous avez très envie d’agrémenter votre cadre de vie et de profiter des joies d’une piscine traditionnelle qui, c’est certain, n’est pas une dépense mais un investissement qui valorisera votre patrimoine immobilier. Un emprunt permettrait de financer ce projet mais amputerait trop votre pouvoir d’achat. Alors, faut-il attendre encore 8 ans pour en profiter ?

Le rachat de credit immobilier, avec ou sans hypothèque, peut vous permettre de financer votre piscine en conservant votre pouvoir d’achat. Comment ? En allongeant la durée d’amortissement du nouveau prêt de restructuration qui consoliderait vos deux crédits en cours et financerait la piscine. En cas de vente de votre maison après le terme initial du prêt d’acquisition, la plus value apportée par la piscine permettrait de solder par anticipation le prêt de restructuration qui serait toujours en cours d’amortissement.

3° Réduire des coûts de crédits renouvelables et les amortir

Comme beaucoup trop de ménages, vous avez eu trop souvent recours à ces aussi célèbres que décriés crédits renouvelables (appelés « revolving » avant la loi Lagarde). Ils coûtent horriblement cher en intérêts (en plus d’être astronomiques, les taux sont révisables !) et également en assurance. Enfin, à cause des sollicitations, le risque de puiser dans les « réserves » et de ne jamais rembourser est grand.

En les remboursant grâce à un rachat de credit consommation à taux fixe et à durée également déterminée, vous réaliserez d’appréciables économies et, grâce à des mensualités constantes du début à la fin du prêt, vous gérerez plus facilement votre budget.

4° Passer d’un taux variable à un taux fixe

Soit parce que vous avez dû accepter un taux révisable à la place d’un taux fixe pour « passer » en taux d’endettement, soit parce que vous vouliez profiter d’un taux plus bas en tablant sur un marché orienté à la baisse, lorsque les indices servant de base à la révision de ces taux variables augmentent, les mensualités grimpent. Dans certaines conjonctures, comme celle de crise financière ou économique, les hausses peuvent être intempestives et de grande ampleur. En général, la visibilité des marchés en période de stabilité n’excède guère quatre à cinq ans.

Aussi, vous pouvez avoir intérêt à sortir du taux révisable. En général, les contrats de prêt immobilier prévoient ce passage mais selon un indice différent de celui de l’indexation et, souvent, le taux qui en résulte est supérieur à celui que vous pourriez obtenir sur le marché. Dans ce cas, le rachat de credit immobilier, avec ou sans hypothèque, est une bonne solution.

2- Les inconvénients du rachat de credit

Chaque médaille a son revers mais peut-on parler d’inconvénient ?

Il est curieux que d’aucuns condamnent le rachat de crédit parce qu’il a un coût ou, plus précisément, qu’il coûte plus cher que les crédits qu’il consolide.

Le rachat de credit ne coûte pas toujours plus cher

D’abord, c’est pas toujours vrai. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder les rachats de prêts immobiliers réalisés lors des périodes de forte baisse des taux ou encore les regroupements de crédits renouvelables qui, en abaissant et le taux (qui devient fixe, qui plus est) et la prime d’assurance permettent de réduire sensiblement le coût du crédit sur une durée à peu près équivalente à celle que la reconstitution de la réserve aurait demandée.

Il faut comparer ce qui est comparable

Ensuite, si l’on veut être objectif, il faut comparer ce qui est comparable. Pour évaluer objectivement le coût d’un regroupement de crédits, il faut que le prêt de restructuration ait une durée d’amortissement correspondant à la moyenne -pondérée des capitaux- des durées des crédits consolidés et qu’il ne porte que sur cela (donc pas d’autres dettes ou de trésorerie). Dans ce cas, on constaterait que, dans la majorité des cas, le rachat de crédits coûte moins. Bien entendu, comme dans l’immense majorité des cas, le recours à un réaménagement d’emprunts est dû à un empilement de mensualités dont le poids est devenu indispensable, pour les réduire de manière drastique, il faut jouer sur l’allongement de la durée d’amortissement du prêt de restructuration.

Le coût est lié au service

Qu’est-ce qui coûte plus cher : un loyer pour un logement de 1000,00 € par mois sur un an ou un loyer pour un autre logement de 500,00 € par mois pendant trois ans ?

Les intérêts d’un crédit sont les loyers perçus par le prêteur pour l’argent prêté à l’emprunteur jusqu’à complet remboursement.

Même si le taux d’intérêt est plus faible et s’applique à un capital dégressif au fur et à mesure des amortissements, tout le monde comprendra que plus le remboursement s’étale sur une longue période et donc que l’argent prêté est conservé plus longtemps par l’emprunteur, plus ce dernier aura d’intérêts à payer. Le cumul des intérêts représentant l’essentiel du coût d’un crédit (une petite partie est composée des frais et assurance), ce coût est donc plus élevé lorsque la durée du crédit est plus longue. Ainsi, à montant emprunté identique, même avec un taux d’intérêt plus bas, un crédit travaux immobiliers sur 20 ans coûtera plus cher qu’un crédit consommation ou qu’un prêt personnel.

Quand un ménage rembourse trop de mensualités de crédits chaque mois, cela veut notamment dire que ces derniers ont été souscrits sur des durées trop courtes. S’il le veut et, surtout, s’il le peut, il ne change rien et c’est probablement ce statu quo qui lui coûtera le moins cher (si cette situation ne génère aucun incident fortement tarifés par les banques ou de retards entraînant majorations et pénalités, sans même parler d’éventuels découverts bancaires assortis d’agios bien salés). Si ces remboursements nuisent à sa santé financière, l’obligent à se priver presque de tout ou, pire encore, lui occasionnent d’innombrables ennuis liés aux impayés qui en découlent, alors le rachat de prets peut être une solution très satisfaisante malgré son coût.

Il appartient à chacun, en fonction de sa situation et de sa personnalité, de déterminer si le coût additionnel d’un rachat de prêts est justifié par rapport aux effets positifs résultant de la réduction importante du taux d’effort (remboursement mensuel du crédit également appelé « taux d’endettement »). Comme les joueurs d’avant l’électricité se posaient la question : »est-ce que le jeu en vaut la chandelle », posez-vous la question : « est-ce que de payer moins chaque mois vaut de payer sur plus de mois » ? ou encore : « est-ce que le pouvoir d’achat retrouvé vaut de payer plus cher mon crédit » ?

Alors le rachat de credit, bonne ou mauvaise idée ?

Vous l’aurez compris, il n’y a que vous qui pouvez répondre à cette question. Mais vous pouvez vous faire aider pour vous forger votre propre religion. Pour cela, adressez-vous à un expert de cette technique bancaire particulière : un intermédiaire en opérations de banque (IOB) membre de l’Association Française des Intermédiaires Bancaires en Consolidation de Crédits (AFIB-CDC). Sans engagement et, surtout, sans qu’il vous en coûte rien, cet auxiliaire bancaire totalement indépendant qui est l’acteur majeur du rachat de credit en France vous donnera l’ensemble des informations indispensables pour apprécier l’intérêt éventuel d’avoir recours à cette solution et, en particulier, réalisera une simulation de rachat de credit adaptée à votre propre situation.



1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles Cette page n'a pas encore été notée, soyez le premier à la noter.
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *